Carpe diem

Aujourd’hui, jour d’installation, j’ai pu mettre en pratique la pens√©e d’Horace puisque j’ai cueilli le jour pr√©sent sans me soucier du lendemain. Et j’ai d√©cid√©¬†de ne pas bouder mon plaisir. Pourtant au d√©part, rien de bien extraordinaire¬†: nous avons install√© les grilles d’exposition, choisi soigneusement l’emplacement des aquarelles et tout cela au cŇďur d’un lieu de travail comme il en existe tant d’autres. Mais – et c’est l√† que tout cela prend son sens – il y a eu un peu de passage, pendant que je fignolais l’installation. J’ai alors ador√© observer les r√©actions, aussi t√©nues soient-elles pour certaines. Ma peinture est venue en effet troubler un lieu d’habitudes professionnelles o√Ļ l’on sent que chacun joue attentivement son r√īle, selon un code de conduite bien huil√©. J’ai per√ßu avec beaucoup de plaisir dans le regard de ces gens ou dans les quelques mots √©chang√©s, de la surprise et une sorte de satisfaction √† voir ainsi leur petit univers routinier prendre des couleurs inhabituelles. Ces moments sont de v√©ritables petites p√©pites de bonheur que je savoure pleinement, ind√©pendamment du fait de savoir si ma peinture pla√ģt ou non ( apr√®s tout, √† chacun ses go√Ľts, c’est l√©gitime). Merci √† mon h√īte de m’offrir pareils moments¬†!

Je n’ai pas pu prendre tous les panneaux, faute de temps et mes photos sont assez moyennes mais c’est en tout cas un lieu tr√®s lumineux, qui ne n√©cessite donc pas de recourir √† de la lumi√®re artificielle, ce qui est toujours d√©licat √† mettre en place.

Lumière

 

Aquarelle Un souffle de lumière 08.2016

Aquarelle Un souffle de lumière 08.2016

Un ciel gris, bas et nous voil√† rabougris, √©cras√©s, priv√©s d’ailes. Et voil√† que l’on se met √† envier puis √† jalouser les destinations lointaines et lumineuses comme si elles seules avaient le pouvoir de nous r√©conforter et de nous rendre heureux. Et comme nous sommes pass√©s ma√ģtres dans l’art et la mani√®re d’entretenir les sentiments d’injustice et d’impuissance, il n’en faut pas davantage pour que la grisaille habite notre cŇďur. Mais alors, faut-il vraiment aller au bout du monde pour retrouver le sourire, le bien-√™tre¬†? Il me semble que pourtant, nous avons tout, l√†, √† nos pieds, autour de nous, pour ne laisser √† la grisaille du jour que ce qu’elle a de factuel et retrouver la lumi√®re, la vraie ( pas celle qui est vendue dans les paradis artificiels), celle qui nous fait vibrer et avancer. Parce que je suis s√Ľre qu’elle se glisse partout, depuis un simple bonjour matinal ou un sourire crois√© au hasard de notre chemin, jusqu’√† la plus insignifiante fleur qui a r√©ussi √† percer le b√©ton, sur un morceau de trottoir. A nos pieds, oui, mais finalement et avant tout, en nous. Je crois sinc√®rement que nous avons tous besoin de la cultiver cette belle lumi√®re et de la partager, dans chacune des petites ou grandes choses qui animent notre vie pour que la grisaille ne fasse plus de nous des √™tres √©ternellement frustr√©s et n√©gatifs.

affiche-expo-ca-2016

affiche-expo-ca-2016

Cette aquarelle,  » Un souffle de lumi√®re », ¬†fait partie de mon expo, √† partir du 23 septembre prochain, au Cr√©dit Agricole Cours Cl√©menceau √† Alen√ßon.

Expo

Pour cette rentr√©e, une expo aux couleurs d’automne, c’est ce que je vous propose, du 23 septembre au 15 octobre 2016, √† Alen√ßon, Agence Cr√©dit Agricole Normandie, Cours Cl√©menceau Alen√ßon ¬†( 61). Avis aux amoureux d’aquarelle et de nature !¬†

affiche-expo-ca-2016

affiche-expo-ca-2016

Aquarelle - Ardentes broussailles 07.2016 57x38 cm Canson Montval

Aquarelle – Ardentes broussailles 07.2016 57×38 cm Canson Montval

 

et c’est, para√ģt-il, mon 100√®me article … heureuse co√Įncidence…¬†

Vert’Tiges

Aquarelle Lierre liant 07.2016 22x29 cm Canson Montval

Aquarelle Lierre liant 07.2016 22×29 cm Canson Montval

Le vert est abondant dans mon proche environnement. Qu’il soit √† mes pieds¬† dans le lierre rampant ou dans les arbres √† l’√©paisse coiffure, il est omnipr√©sent et se d√©cline dans d’infinies variations allant du vert or au vert turquoise, sans oublier le vert sombre et dense. Lorsqu’il vient √† manquer, comme c’est le cas en ce moment avec la s√©cheresse estivale, qui grille tout sur son passage, cela me fait mal. Je ressens le m√™me malaise lorsque je traverse des lieux , des r√©gions, o√Ļ naturellement le vert est moins pr√©sent. Conclusion¬†: Des verts oui, d√©sert non.

Aquarelle Vert'Tiges 08.2016 37x28 cm Canson Montval

Aquarelle Vert’Tiges 08.2016 37×28 cm Canson Montval

Complainte du soir

Aquarelle - A l'aube d'un jour nouveau - 06.2016 - 56x35 cm  Canson Montval

Aquarelle – A l’aube d’un jour nouveau – 06.2016 – 56×35 cm Canson Montval

Chez moi en septembre, lorsque la nuit tombe, lorsque les oiseaux se sont tus, lorsque la fra√ģcheur √©teint les derni√®res chaleurs du jour, un √©tonnant spectacle se joue, √† l’or√©e des bois. Si nous voulons nous en approcher, il nous faut avancer sans trop de bruit, retenir notre souffle et attendre, parfois longtemps. Puis, enfin, dans le silence de la nuit, monte un cri, puis 2, puis plusieurs, comme venus du fond des √Ęges. C’est un cri p√©n√©trant, troublant comme s’il avait le pouvoir de faire resurgir le souvenir de vieilles terreurs ancestrales, venues d’un √Ęge o√Ļ l’homme devait lutter pour sa survie. Et en m√™me temps, il n’a rien d’effrayant, mais il inspire force et respect, surtout lorsqu’ il se r√©p√®te en √©cho dans la profondeur obscure de la for√™t. Pendant que les hommes s’√©tourdissent de bruits en tout genre, le cerf, lui, brame pour perp√©tuer son esp√®ce.