Arbres et lumière

143117 Aquarelle Rayons de brume 29x40cm Canson Montval

S’il est un sujet que j’explore avec passion et obstinément c’est, comme vous l’avez certainement remarqué, la lumière et son interaction sur le sujet. Sans oublier les arbres, éléments omniprésents dans mes aquarelles et auxquels je suis très attachée. D’où me vient cet attachement quasi obsessionnel  ? allo docteur, dites moi tout…

Aquarelle journée Aquarelles aux champs 2018

Sans avoir nécessairement besoin d’une réponse à cette question, j’ai cependant plaisir à fouiller dans mes souvenirs d’enfant. Et il en est un qui me revient très très très nettement, qui porte peut-être en lui les germes de cet attachement particulier. Je suis dans un appentis chez mes grands-parents dans lequel ces derniers entreposent tous leurs outils de jardin et autre bric-à-brac. Le toit est une tôle transparente, jaunie, qui filtre la lumière. Et justement, ma mémoire d’enfant a cristallisé cette lumière jaune, enrichie par de vagues parfums de plantes séchées et des chants étouffés d’oiseaux. Il y a peut-être une fenêtre, je ne sais plus. Mais la lumière en traversant le lieu, projette sur le mur une esquisse d’arbre qui danse, spectacle dont la légèreté me remplit d’émerveillement et de bien-être. Je ne sais pas combien de temps cela dure, ni si cela a réellement existé. Mais une chose est certaine, ce sont nos émotions qui font le terreau de nos souvenirs et nous amènent à aimer ou pas les choses…J’aime la peinture quand elle fait appel à nos émotions et j’espère vraiment que mes aquarelles en sont porteuses. 

Publicités

Neige d’un jour en forêt

113941 Aquarelle Manteau neigeux 28x40cm Canson Montval

Je prends de plus en plus de plaisir à m’enfoncer au coeur de la forêt, ce qui signifie pour moi quitter le tracé des chemins que je connais bien et grâce auxquels j’arrive à m’orienter. Ce n’est pas une mince affaire pour moi qui suis dotée d’un déplorable sens de l’orientation. Cette défaillance m’a toujours handicapée et maintenue dans le besoin impérieux de sécuriser mes parcours, en évitant bien-sûr l’inconnu. Mais j’ai conscience que c’est limitant et que je me prive forcément de jolies découvertes. Alors, je me lance enfin, même si c’est très doucement. En forêt, c’est d’autant plus difficile que les repères visuels sont vite noyés dans la redondance des arbres, des feuillages …on peut se retrouver là où l’on ne s’attendait pas arriver. Mais bon, j’apprends petit à petit  à taire mes inquiétudes et dans ce calme , je peux enfin élargir mon observation de la nature. J’ai ainsi pu retrouver ma branche cassée, que j’avais déjà peinte mais dans une autre saison.

120618 Aquarelle squelette des bois 29×39 cm Canson Montval

Chaque saison est finalement pour moi une source d’émerveillement et d’exploration picturale. Et ces sujets qui évoluent constamment suivant l’époque de l’année me parlent avec sagesse de l’impermanence des choses… rien ne dure et c’est très bien ainsi ! 

Promenons nous dans les bois

Promenons nous dans les bois pendant que l’hiver n’y est pas …

172556 Aquarelle Novembre en feu 1 – 40x40cm Canson Montval ( forêt d’Ecouves)

En tout cas, l’automne joue les prolongations dans mes aquarelles et comme j’ai beaucoup marché ces derniers temps dans les plis de ses habits flamboyants, j’en suis encore très très imprégnée. Et très très envie de tenter encore et toujours d’en capturer par mes couleurs et mes pinceaux l’extraordinaire symphonie de couleurs . Alors oui, promenons nous encore dans les bois si vous le voulez bien ! 

181612 Aquarelle et craie- Novembre en feu 2 -27x40cm Canson Montval (forêt d’Ecouves)

Lumières d’automne

123344 Aquarelle Dans la douceur d’un petit matin 38x56cm Canson Montval

La belle saison m’a de nouveau happée et j’ai entrepris encore de longues marches solitaires, entre craquements de branches et battements de coeur. Je l’ai laissée me guider, d’arbre en arbre, de feuilles en feuilles, m’offrir ses couleurs lumineuses, ses parfums de terre, ses derniers chants d’oiseaux. J’ai marché, marché, en abandonnant parfois les chemins tracés et en laissant loin derrière moi les cris des chiens et des chasseurs.

120618 Aquarelle squelette des bois 29×39 cm Canson Montval

Tant que mes jambes me porteront, j’irai encore le nez au vent, confiante, à la rencontre de ces moments d’intense félicité.

103347 Lumières d’automne – Photo I.N.M

 

Branchée

164924 Aquarelle Enflammée 28x40cm Canson Montval

Les arbres nous observent silencieux depuis des millénaires. J’ose à peine imaginer tout ce qu’ils ont dû supporter, de nos frasques les plus volages ( qui n’a pas gravé un nom, un mot , un signe dans l’écorce d’un arbre…) à nos folies dévastatrices. Mais ils semblent tout endurer avec un stoïcisme remarquable. Et miracle peut-être, on semble enfin leur reconnaître une intelligence toute particulière qui se manifesterait notamment au niveau de leur système racinaire.

182032 Aquarelle Lumière en chemin 40x55cm Canson Montval

Comme toute nouvelle exploration, c’est bien-sûr un sujet passionnant mais j’en retiens surtout pour le moment les bienfaits qu’on prête aussi aux arbres, sous le joli nom savant de sylvothérapie. On nous dit qu’il faut poser ses mains sur le tronc de l’arbre, voire même l’enlacer pour sentir toute son énergie nous pénétrer et nous revitaliser. Et même sans ce contact direct, marcher au milieu d’une forêt régulerait le taux de cortisol, hormone du stress… Quoiqu’il en soit, je sais, pour vivre aux abords d’une forêt, que nul autre endroit ne m’a apporté autant de bien-être aussi constant, sans compter la source inépuisable d’inspiration qu’il me procure depuis toutes ces années. Les arbres n’ont pas fini de venir hanter mes planches de peinture …

P7020002 Aquarelle Fantasmagorie 41x38cm Canson Montval

Divine blancheur

162515 Aquarelle Hiver diaphane 1- 30×40 cm Canson Montval

Le silence qui accompagne les matins neigeux est particulier. On ouvre les yeux et déjà, il y a dans l’air ce petit quelque chose d’inhabituel qui nous chuchote à l’oreille de nous précipiter au dehors. Derrière la porte, la neige est là, partout, aussi lumineuse que silencieuse. Elle ne se livre pourtant pas facilement et nous assaille, dés les premiers pas, de son froid glacial. Et puis, le corps semble ne plus savoir marcher, il peine à se mouvoir. Mais la magie opère. La neige m’envoûte. J’ai vu encore étinceler sur les champs ses mille cristaux de lumière. J’ai vu danser l’ombre pâle et bleue des buissons dans la lumière diaphane. J’ai vu les branches des arbres se courber dans une délicate révérence. Et dans le silence majestueux, je me suis arrêtée pour sentir grandir au plus profond de moi , une paix et une joie indicibles.

182653 Aquarelle Hiver diaphane 2 – 30×40 cm Canson Montval