Lumières d’automne

123344 Aquarelle Dans la douceur d’un petit matin 38x56cm Canson Montval

La belle saison m’a de nouveau happée et j’ai entrepris encore de longues marches solitaires, entre craquements de branches et battements de coeur. Je l’ai laissée me guider, d’arbre en arbre, de feuilles en feuilles, m’offrir ses couleurs lumineuses, ses parfums de terre, ses derniers chants d’oiseaux. J’ai marché, marché, en abandonnant parfois les chemins tracés et en laissant loin derrière moi les cris des chiens et des chasseurs.

120618 Aquarelle squelette des bois 29×39 cm Canson Montval

Tant que mes jambes me porteront, j’irai encore le nez au vent, confiante, à la rencontre de ces moments d’intense félicité.

103347 Lumières d’automne – Photo I.N.M

 

Publicités

Brume et Branches

155230 Aquarelle Brume et Branches 1- 41x61cm Canson Montval

… de la brume et des branches rousses, en forêt…

153538 Aquarelle Brume et Branches 2- 34x56cm Canson Montval

… ou à la lisière des bois, histoire de se préparer à l’automne…

 

Branchée

164924 Aquarelle Enflammée 28x40cm Canson Montval

Les arbres nous observent silencieux depuis des millénaires. J’ose à peine imaginer tout ce qu’ils ont dû supporter, de nos frasques les plus volages ( qui n’a pas gravé un nom, un mot , un signe dans l’écorce d’un arbre…) à nos folies dévastatrices. Mais ils semblent tout endurer avec un stoïcisme remarquable. Et miracle peut-être, on semble enfin leur reconnaître une intelligence toute particulière qui se manifesterait notamment au niveau de leur système racinaire.

182032 Aquarelle Lumière en chemin 40x55cm Canson Montval

Comme toute nouvelle exploration, c’est bien-sûr un sujet passionnant mais j’en retiens surtout pour le moment les bienfaits qu’on prête aussi aux arbres, sous le joli nom savant de sylvothérapie. On nous dit qu’il faut poser ses mains sur le tronc de l’arbre, voire même l’enlacer pour sentir toute son énergie nous pénétrer et nous revitaliser. Et même sans ce contact direct, marcher au milieu d’une forêt régulerait le taux de cortisol, hormone du stress… Quoiqu’il en soit, je sais, pour vivre aux abords d’une forêt, que nul autre endroit ne m’a apporté autant de bien-être aussi constant, sans compter la source inépuisable d’inspiration qu’il me procure depuis toutes ces années. Les arbres n’ont pas fini de venir hanter mes planches de peinture …

P7020002 Aquarelle Fantasmagorie 41x38cm Canson Montval

Divine blancheur

162515 Aquarelle Hiver diaphane 1- 30×40 cm Canson Montval

Le silence qui accompagne les matins neigeux est particulier. On ouvre les yeux et déjà, il y a dans l’air ce petit quelque chose d’inhabituel qui nous chuchote à l’oreille de nous précipiter au dehors. Derrière la porte, la neige est là, partout, aussi lumineuse que silencieuse. Elle ne se livre pourtant pas facilement et nous assaille, dés les premiers pas, de son froid glacial. Et puis, le corps semble ne plus savoir marcher, il peine à se mouvoir. Mais la magie opère. La neige m’envoûte. J’ai vu encore étinceler sur les champs ses mille cristaux de lumière. J’ai vu danser l’ombre pâle et bleue des buissons dans la lumière diaphane. J’ai vu les branches des arbres se courber dans une délicate révérence. Et dans le silence majestueux, je me suis arrêtée pour sentir grandir au plus profond de moi , une paix et une joie indicibles.

182653 Aquarelle Hiver diaphane 2 – 30×40 cm Canson Montval

Neige lumineuse

164406 Aquarelle Captivante Laponie 7- 34×44 cm Canson Montval

Les paysages glacés et immaculés de la Finlande ont imprimé dans ma mémoire leur infinie douceur. Et puis leur calme, leur sérénité et leur incroyable pureté, surtout lorsque le regard allait se perdre à l’horizon et que le silence feutré et le froid au milieu d’une nature encore sauvage nous clouaient sur place. 

154028 Aquarelle Captivante Laponie 6 – 38×58 cm Canson Montval 

Mais la neige m’a offert, encore cette année et au pied de ma maison, le même éblouissement. Elle s’est glissée partout, sur les talus, dans la forêt et ses chemins, redessinant avec la même rondeur le moindre contour, le moindre détail.

183339 Aquarelle Féerie hivernale 2 – 39×54 cm Canson Montval

C’est très troublant et très excitant de marcher dans un lieu que l’on connaît quasiment par cœur et de le découvrir métamorphosé en peu temps, avec de nouvelles courbes, de nouveaux graphismes, de nouvelles couleurs qu’on ne lui connaissait pas.

190115 Aquarelle Féerie hivernale 1- 39×54 cm Canson Montval

Le printemps est de nouveau là et avec lui s’agite de nouveau tout un petit monde vivant et coloré qui m’attire. Mais entre la neige et sa féerie propice à la contemplation et au replis sur soi et l’ardeur printanière terriblement stimulante, je crois bien que je ne saurai jamais choisir…

P3190109 Photo I.N.M Laponie

153735Photo I.N.M. Forêt d’Ecouves

 

 

Escapade forestière

S’il est un lieu que je retrouve toujours avec bonheur, c’est la forêt. Sortir de chez soi et, sans prendre la voiture, s’offrir une belle randonnée de quelques heures sous son épaisse couverture feuillue, j’avoue, c’est un vrai plaisir.                        A cette saison, j’apprécie particulièrement les très beaux bouquets de digitales qui, telles des sentinelles, se dressent le long des chemins, là où les tailles forestières laissent passer la lumière.

183921 Aquarelle Eclatantes digitales en 2 étapes-

Cette plante est cependant toxique… c’est une diablesse, d’ailleurs, je l’ai vue, après le carrefour du diable…                                                                                                                                   .

Photo I.N.M Forêt d’Ecouves 06.2017- 3

Photo I.N.M Forêt d’Ecouves 06.2017 – 1

Je me contente d’admirer la belle sauvage et au bout d’une marche sur un sentier pentu, je peux enfin me reposer et méditer…

182534 – Aquarelle -Méditation en forêt d’Ecouves 06.2017

Photo I.N.M Forêt d’Ecouves 06.2017 – 2

Complainte du soir

Aquarelle - A l'aube d'un jour nouveau - 06.2016 - 56x35 cm  Canson Montval

Aquarelle – A l’aube d’un jour nouveau – 06.2016 – 56×35 cm Canson Montval

Chez moi en septembre, lorsque la nuit tombe, lorsque les oiseaux se sont tus, lorsque la fraîcheur éteint les dernières chaleurs du jour, un étonnant spectacle se joue, à l’orée des bois. Si nous voulons nous en approcher, il nous faut avancer sans trop de bruit, retenir notre souffle et attendre, parfois longtemps. Puis, enfin, dans le silence de la nuit, monte un cri, puis 2, puis plusieurs, comme venus du fond des âges. C’est un cri pénétrant, troublant comme s’il avait le pouvoir de faire resurgir le souvenir de vieilles terreurs ancestrales, venues d’un âge où l’homme devait lutter pour sa survie. Et en même temps, il n’a rien d’effrayant, mais il inspire force et respect, surtout lorsqu’ il se répète en écho dans la profondeur obscure de la forêt. Pendant que les hommes s’étourdissent de bruits en tout genre, le cerf, lui, brame pour perpétuer son espèce.