Divine blancheur

162515 Aquarelle Hiver diaphane 1- 30×40 cm Canson Montval

Le silence qui accompagne les matins neigeux est particulier. On ouvre les yeux et déjà, il y a dans l’air ce petit quelque chose d’inhabituel qui nous chuchote à l’oreille de nous précipiter au dehors. Derrière la porte, la neige est là, partout, aussi lumineuse que silencieuse. Elle ne se livre pourtant pas facilement et nous assaille, dés les premiers pas, de son froid glacial. Et puis, le corps semble ne plus savoir marcher, il peine à se mouvoir. Mais la magie opère. La neige m’envoûte. J’ai vu encore étinceler sur les champs ses mille cristaux de lumière. J’ai vu danser l’ombre pâle et bleue des buissons dans la lumière diaphane. J’ai vu les branches des arbres se courber dans une délicate révérence. Et dans le silence majestueux, je me suis arrêtée pour sentir grandir au plus profond de moi , une paix et une joie indicibles.

182653 Aquarelle Hiver diaphane 2 – 30×40 cm Canson Montval

Publicités

Neige lumineuse

164406 Aquarelle Captivante Laponie 7- 34×44 cm Canson Montval

Les paysages glacés et immaculés de la Finlande ont imprimé dans ma mémoire leur infinie douceur. Et puis leur calme, leur sérénité et leur incroyable pureté, surtout lorsque le regard allait se perdre à l’horizon et que le silence feutré et le froid au milieu d’une nature encore sauvage nous clouaient sur place. 

154028 Aquarelle Captivante Laponie 6 – 38×58 cm Canson Montval 

Mais la neige m’a offert, encore cette année et au pied de ma maison, le même éblouissement. Elle s’est glissée partout, sur les talus, dans la forêt et ses chemins, redessinant avec la même rondeur le moindre contour, le moindre détail.

183339 Aquarelle Féerie hivernale 2 – 39×54 cm Canson Montval

C’est très troublant et très excitant de marcher dans un lieu que l’on connaît quasiment par cœur et de le découvrir métamorphosé en peu temps, avec de nouvelles courbes, de nouveaux graphismes, de nouvelles couleurs qu’on ne lui connaissait pas.

190115 Aquarelle Féerie hivernale 1- 39×54 cm Canson Montval

Le printemps est de nouveau là et avec lui s’agite de nouveau tout un petit monde vivant et coloré qui m’attire. Mais entre la neige et sa féerie propice à la contemplation et au replis sur soi et l’ardeur printanière terriblement stimulante, je crois bien que je ne saurai jamais choisir…

P3190109 Photo I.N.M Laponie

153735Photo I.N.M. Forêt d’Ecouves

 

 

Escapade forestière

S’il est un lieu que je retrouve toujours avec bonheur, c’est la forêt. Sortir de chez soi et, sans prendre la voiture, s’offrir une belle randonnée de quelques heures sous son épaisse couverture feuillue, j’avoue, c’est un vrai plaisir.                        A cette saison, j’apprécie particulièrement les très beaux bouquets de digitales qui, telles des sentinelles, se dressent le long des chemins, là où les tailles forestières laissent passer la lumière.

183921 Aquarelle Eclatantes digitales en 2 étapes-

Cette plante est cependant toxique… c’est une diablesse, d’ailleurs, je l’ai vue, après le carrefour du diable…                                                                                                                                   .

Photo I.N.M Forêt d’Ecouves 06.2017- 3

Photo I.N.M Forêt d’Ecouves 06.2017 – 1

Je me contente d’admirer la belle sauvage et au bout d’une marche sur un sentier pentu, je peux enfin me reposer et méditer…

182534 – Aquarelle -Méditation en forêt d’Ecouves 06.2017

Photo I.N.M Forêt d’Ecouves 06.2017 – 2

Complainte du soir

Aquarelle - A l'aube d'un jour nouveau - 06.2016 - 56x35 cm  Canson Montval

Aquarelle – A l’aube d’un jour nouveau – 06.2016 – 56×35 cm Canson Montval

Chez moi en septembre, lorsque la nuit tombe, lorsque les oiseaux se sont tus, lorsque la fraîcheur éteint les dernières chaleurs du jour, un étonnant spectacle se joue, à l’orée des bois. Si nous voulons nous en approcher, il nous faut avancer sans trop de bruit, retenir notre souffle et attendre, parfois longtemps. Puis, enfin, dans le silence de la nuit, monte un cri, puis 2, puis plusieurs, comme venus du fond des âges. C’est un cri pénétrant, troublant comme s’il avait le pouvoir de faire resurgir le souvenir de vieilles terreurs ancestrales, venues d’un âge où l’homme devait lutter pour sa survie. Et en même temps, il n’a rien d’effrayant, mais il inspire force et respect, surtout lorsqu’ il se répète en écho dans la profondeur obscure de la forêt. Pendant que les hommes s’étourdissent de bruits en tout genre, le cerf, lui, brame pour perpétuer son espèce.

Forêt d’automne for ever

Tandis que l’hiver hésite toujours à pointer le bout de son nez ( mais nous ne sommes que début Février…) moi, j’hésite à quitter l’automne. Amoureuse de la flamboyante saison, de ses couleurs chaudes et lumineuses, de ses ors qui m’enrichissent à coup sûr plus que le précieux minerai du même nom, je n’ai de cesse de chercher dans ma palette ses puissantes couleurs. 

Aquarelle - Clarté automnale - 12.2015 - 30x40cm ( sans encadremt) - Arches

Aquarelle – Clarté automnale – 12.2015 – 30x40cm ( sans encadremt) – Arches

Et l’automne, chez moi, c’est dans ma belle forêt que je vais à sa rencontre. Je n’ai que quelques pas à faire pour pénétrer dans son monde.

Aquarelle Lumière d'automne 06.2014 40x30cm ( sans encadremt) - Arches

Aquarelle Lumière d’automne 06.2014 40x30cm
( sans encadremt) – Arches

Le massif forestier d’ Ecouves est ainsi depuis longtemps le lieu de mes ballades, pas quotidiennes mais presque. Cet attachement a commencé alors que j’étais enfant,  dans un centre aéré situé à ses pieds, dans lequel j’ai passé tous mes mois de vacances jusqu’à mon adolescence. Mais je n’ai véritablement pris conscience de la magie de ce lieu et de son emprise sur moi que lorsque j’ai commencé à le peindre.

Depuis le 1er janvier 2016, la vie me fait un drôle de petit clin d’oeil puisque je suis devenue une habitante d’ Ecouves ( ma commune s’est associée à 2 autres et a pris ce joli nom, en raison de sa proximité avec la grande Dame). Ce nouveau lien n’est bien-sûr qu’administratif mais il me rappelle au passage combien mon attachement pour la forêt est devenu trés fort, avec les années. ( je vous invite d’ailleurs à ce sujet à aller voir le très beau film de Jacques Perrin : les Saisons ...).

 

Sans fin

Aquarelle Automne sans fin 01/2016 30x40cm Arches

Aquarelle Automne sans fin 01/2016 30x40cm Arches

Sans fin,  je déambule dans les chemins de terre ou de forêt, grimpant sur les talus, m’accrochant aux branches des arbres, guettant le moindre petit frémissement de lumière. Souvent, les ronces griffent mes vêtements et tracent sur ma peau de petits sillons rouges, broderie sauvage mais éphémère. Souvent encore, mes chevilles se tordent, surprises par une racine à peine visible. Parfois, la grisaille ambiante et le tir lointain des chasseurs me glacent insidieusement. Mais, au fond,  rien de tout cela n’a véritablement d’importance car il me reste toujours  le sentiment infiniment précieux d’une joie simple et profonde d’être là, réceptive, sentiment décuplé lorsque par bonheur, il m’arrive d’assister, médusée, au passage furtif et bondissant d’une horde de cervidés.

Chaleur d’automne

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAquarelle Chaleur d’automne – 12/2014 – Canson Montval – grain fin 300g

Mercredi 7 janvier 2015, jour terrible et  sombre au delà duquel on ne peut qu’être inquiet de ce monde qui n’en finit pas d’être fou … Ces derniers jours m’ont fait avaler beaucoup de bitume et de retour dans ma chère campagne et peut-être plus encore aujourd’hui, je ressens profondément le besoin de contact avec la terre, les arbres, même le froid hivernal. Journée terrifiante et sombre  à laquelle j’oppose vivement  toute la lumière de mes couleurs aquarellées en refus à la barbarie.