Coquettes Pâquerettes

Aquarelle - Coquette Pâquerette 1- 03.2016

Aquarelle – Coquette Pâquerette 1- 03.2016

Nul besoin d’aller bien loin pour trouver matière à regarder, observer, peindre …même s’émerveiller … dans l’herbe printanière, là, à nos pieds,  s’agite tout un petit monde coloré… entre fleurettes et insectes, c’est la fête…

Aquarelle Coquette Pâquerette 2 - 04.2016

Aquarelle Coquette Pâquerette 2 – 04.2016

la simplette pâquerette met du soleil dans ma tête,  mes pinceaux n’en perdent pas une miette !

Publicités

Funambules

.

Chaque matin, au lever, le tourbillon de la vie nous saisit, indifférent à cette douce mollesse qui pourtant nous retient entre les draps chauds. Véritables fétus de paille, nous ne faisons guère le poids et s’enchaînent alors impitoyablement les minutes pressées : penser à ceci, faire cela, vêtements froids, radio morose, météo perdue, où sont mes clés et caetera… Les petits rêvent de devenir des aventuriers ou chercheurs de trésors et quand ils sont grands, ils s’ennuient dans des embouteillages…

Aquarelle - Funambules 01.2016 31x19 cm ( sans encadremt) Canson Montval

Aquarelle – Funambules 01.2016 31×19 cm ( sans encadremt) Canson Montval.

Non, les petits ne rêvent pas vraiment à ce qu’ils vont devenir parce qu’ils sont, tout simplement et qu’ils vivent l’instant présent . El les grands, eux, ont oublié.

Et pourtant … l’instant présent, je sens bien qu’il ne tient qu’à nous de l’inventer, à chaque minute, d’y mettre juste ce qu’il faut de sourire, de légèreté, en prenant soin de garder juste ce qu’il faut d’équilibre pour ne pas se laisser emporter par le tourbillon de la vie. Nous sommes des Funambules, sur un drôle de fil.. et peut-être même avons nous des ailes ?

 

Ephémère jachère

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La ville se dessine à coup de traits secs et bitumés. Elle a longtemps grignoté sans vergogne le moindre petit morceau de terre. Mais, peut-être parce qu’on a enfin compris que pour respirer on a aussi besoin de verdure et que le bêton est formidable de fonctionnalité mais terriblement déprimant,  on réintroduit et on préserve de plus en plus les espaces que l’on qualifie joliment de verts (par opposition aux espaces «  gris » ?). J’ai remarqué ainsi de minuscules jachères qu’on a savamment laissé fleurir, en bordure de trottoir. Imitant les grandes jachères fleuries que l’on voit parfois à côté des parcelles cultivées, de petites fleurs sauvages sont venues déranger pour un temps un talus habituellement habillé de simple gazon vert. Je passe devant tous les jours et ces petites touches de couleurs bleues, jaunes, oranges, dans leur désordre  si naturel me font l’effet de  véritables bulles d’oxygène. 

Aquarelle – Ephémère jachère- 06.2014 – 41x31cm- Montval-grain fin-300g/m2.

Habits de printemps 2

Telles de jolies ballerines virevoltantes, mes petites fleurs printanières ont habillé un moment le grand merisier. Elles se sont mises à danser dans le vent et le spectacle, comme à chaque fois, fut bref. Et comme à chaque fois , j’ai dû me répéter et me répéter qu’il fallait simplement s’émerveiller sans se désoler de les voir si vite disparaître.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aquarelle – Habits de printemps 2 – 04.2014 – 30x40cm – Arches – grain fin – 300g/m2

Habits de printemps 1

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Habits de printemps 1 – Aquarelle – 04/2014 – 40x30cm – Arches – grain fin

Le printemps a essaimé un peu partout de toutes petites fleurs blanches, joli papier crépon, délicatement accroché aux branches des arbres, habit éphémère de printemps qui tremble au moindre coup de vent et s’envole en une pluie de légers flocons … 

Papillon lumineux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Papillon lumineux – Aquarelle – 09/2012-  33 x 43 cm Papier Arches – grain fin – 300 g/ m2

Comme les graines des pissenlits accrochées à de minuscules petites ombrelles blanches que le vent disperse, mon papillon fluorescent et transparent  a juste besoin d’un souffle d’air pour se déplacer de branches en branches et vivre sa petite vie éphémère … un souffle d’air, rien de plus . Nul bagage, nulle soif de posséder ou d’entasser ne l’enchaînent au sol. Il est léger, si léger …

 

Ci-dessous : un petit montage de quelques photos pour , je l’espère, vous donner envie d’aller vous promener dans les jardins de la Mansonière à St Céneri (61) où mes aquarelles prennent l’air en ce moment … Cliquer sur la photo pour l’agrandir !

Affiche la Mansonière . St Céneri -04 à 05. 2014

 

Douceur veloutée

OLYMPUS DIGITAL CAMERA                                         cliquer sur la photo pour l’agrandir

Aquarelle – 09.2013 – Moulin du Coq – grain fin – 300 g / m2

Les fleurs sont étonnantes. Elles apparaissent puis disparaissent pour réapparaître et disparaître de nouveau.  Dans cette course contre la montre, elles illustrent à elles seules toute l’ingéniosité de la vie qui n’a pas son pareil pour inventer , sous des airs d’une simplicité parfois extrême , des systèmes complexes et harmonieux . Et c’est aussi parce qu’elles sont périssables comme disait … qu’elles ont quelque chose d’émouvant et de terriblement attachant.  C’est ainsi que je l’attends tous les ans . Toujours tiré à quatre épingles avec ses grandes feuilles qui habillent sa tige délicate , avec  ses petites corolles lumineuses si légères , avec son parfum si frais …il est … comme une douce caresse sur la peau …