Histoires d’eau

Parce que l’eau est éternellement fascinante,  parce qu’elle est infiniment précieuse, parce qu’elle est la géniale complice de l’Aquarelle …

Aquarelles Compilation 02.2015

 

 

 

 

 

Aquarelles – Compilation 2011 à 2013 –

 

 

Publicités

A tire-d’aile

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAquarelle – A tire-d’aile – 01.2015 – 40×31 cm – Canson Montval – grain fin 300 g.

Petite recette pour réchauffer une soirée d’hiver :

Capturez une jolie rivière aux reflets dorés ;  sélectionnez soigneusement quelques tubes d’aquarelle que vous affectionnez en particulier ;  lâchez un ou deux pinceaux sur une feuille de papier capable de supporter leur danse endiablée et …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

… quand la magie commence à s’opérer, laissez vous glisser sur les ailes du temps … il lui arrive parfois de suspendre son vol !

Ecume d’un jour

OLYMPUS DIGITAL CAMERAMoi, j’aime bien marcher …

– en solitaire ou aussi bras dessus, bras dessous – dans les rues au petit matin quand elles s’éveillent doucement – le long d’un sentier de douaniers chargé des parfums de la mer –  sous la pluie en pensant au bon feu de cheminée qui m’attend – dans la tiédeur d’un soir d’été qui n’en finit pas – sous la cime des grands arbres qui touchent le ciel – sur les hauteurs d’une colline pour embrasser tout l’horizon – dans la terre, quand elle est bien détrempée – dans les feuilles mortes, quand elles craquent – sur  la mousse, quand elle est épaisse et moelleuse – dans les rangées  de fraises quand vient l’heure de les ramasser – dans la neige, quand elle est fraîchement tombée – dans le sable fin quand il passe du chaud au frais – dans les vagues quand elles viennent mourir sur la plage …

et vous ? 

Aquarelle – Ecume d’un jour – 08/2013 – 31×41 cm – Canson Montval – grain fin – 300g/m2

 

 

 

 

Lointain suspendu

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aquarelle – Lointain suspendu – 07/2011 – 25 x 35 cm

Emprunter un vieux pont suspendu , sorti d’on ne sait où , puis s’y arrêter, un moment , pour respirer la petite brume dorée à point qui apaise peu à peu le tumulte de notre vie trépidante et pressée … même si les ponts sont faits pour traverser, même si l’eau qui coule en dessous vers un lointain évanescent , ne semble jamais s’arrêter, même si …

Baignade

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAquarelle – 02/2014 – 30 x 40 cm  – Arches grain torchon. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les bords de rivière sont très souvent , pour moi, source d’inspiration. Dans son éternelle déambulation, l’eau creuse son lit en se parant merveilleusement bien des couleurs qu’elle emprunte au paysage . Elle agrippe parfois au passage , tout un fatras de branchages, de feuilles . Un jour, je suis tombée par hasard devant un arbre entier venu s’échouer , la tête à demi plongée dans l’eau. Mais même mort, ce géant semblait se prélasser nonchalamment avec une grâce infinie , offrant ainsi à qui voulait bien le voir, le spectacle apaisant d’une fin tranquille.

Sous la pluie

4392621Encre

Marcher sous la pluie, côte à côte , au seul rythme des pas de l’autre, sans se soucier du sol détrempé,  ni de l’eau qui ruisselle sur les vêtements ,  ni des passants qui se hâtent  , et enfin , regarder ensemble poindre à l’horizon le soleil qui peu à peu chasse la pluie … c’est juste un petit moment de bonheur amoureux…

Entre mer et filles

Une étroite digue relie la petite plage de Saint Enogat  à Dinard, la Mondaine. Elle zigzague sans fin  entre la mer et les rochers escarpés, fouettée par les vagues rebelles qui viennent s’y fracasser bruyamment.  On s’y croise, on s’y frôle  parfois, en riant,  tant le sol est détrempé  et glissant par endroit…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

              Aquarelle  – 04/2013 – 39 x 29 cm – Moulin du Coq – grain fin – 325g/ m2   (Cliquer sur la photo pour l’agrandir…)

… Lorsque par bonheur je peux m’y rendre, il n’est pas rare qu’une main invisible me plaque le dos contre la paroi rocheuse . Et faisant face  à l’immensité  tourmentée  de la mer , je vois alors revenir vers moi  , d’abord timidement puis de plus en plus fort , des fragments d’instants passés , où , petits , nous nous ébattions en ce lieu, plus vivants et libres que jamais. Je nous revois, gamins joyeux et insouciants , crapahutant inépuisablement sur les rochers , défiant , invincibles , les vagues  du haut de nos jeunes années , au mépris des sages recommandations de ma mère . Mais le vent du large a tôt fait  de brouiller ces images d’un temps révolu  et , tandis que je reprends  mon chemin, non sans regret, il emporte avec lui  et disperse au loin  les cris des mouettes et mes souvenirs.