Hiver craquant

Aquarelle - Hiver craquant - 01.2017 - 35x54cm - Canson Montval

Aquarelle – Hiver craquant – 01.2017 – 35x54cm – Canson Montval

Matin d’hiver glacé où le froid emprisonne le moindre petit brin d’herbe, la moindre branche cassée que les pas font craquer. Mais quand tout semble figé ainsi, que le corps peine à se réchauffer, il reste parfois cette belle lumière blanche et douce qui vient adoucir la dureté du sol et emmène avec elle le regard vers le lointain, ce lointain qui s’ensoleille et donne des ailes.

Photo INM-01.2017 - promenade hivernale

Photo INM-01.2017 – promenade hivernale

Dans la brume

Aquarelle Brume automnale 11.2016 - 30x43cm Canson Montval

Aquarelle Brume automnale 11.2016 – 30x43cm Canson Montval

Aquarelle Petit matin de brume 10.2016 - 10 12x40cm Canson Montval

Aquarelle Petit matin de brume 10.2016 –  12x40cm Canson Montval

Aquarelle Brume sauvage- 10.2016 - 23x23cm Canson Montval

Aquarelle Brume sauvage- 10.2016 – 23x23cm Canson Montval

La brume vient parfois me chercher le matin, en frappant à ma fenêtre. Elle s’étire d’un herbage à l’autre, agrippant tout sur son passage de son voile transparent et laiteux. Vorace, elle engloutit l’horizon où l’on distingue à peine quelques silhouettes fantomatiques d’arbres. Mêmes les bêtes au loin semblent irréelles, dans leur posture immobile et floue. Dans ces tableaux aux teintes délavées, je perçois une incroyable douceur et un calme sans pareil qui me retiennent captive jusqu’à ce que le froid humide m’arrache aux griffes de cette brume.

Funambules

.

Chaque matin, au lever, le tourbillon de la vie nous saisit, indifférent à cette douce mollesse qui pourtant nous retient entre les draps chauds. Véritables fétus de paille, nous ne faisons guère le poids et s’enchaînent alors impitoyablement les minutes pressées : penser à ceci, faire cela, vêtements froids, radio morose, météo perdue, où sont mes clés et caetera… Les petits rêvent de devenir des aventuriers ou chercheurs de trésors et quand ils sont grands, ils s’ennuient dans des embouteillages…

Aquarelle - Funambules 01.2016 31x19 cm ( sans encadremt) Canson Montval

Aquarelle – Funambules 01.2016 31×19 cm ( sans encadremt) Canson Montval.

Non, les petits ne rêvent pas vraiment à ce qu’ils vont devenir parce qu’ils sont, tout simplement et qu’ils vivent l’instant présent . El les grands, eux, ont oublié.

Et pourtant … l’instant présent, je sens bien qu’il ne tient qu’à nous de l’inventer, à chaque minute, d’y mettre juste ce qu’il faut de sourire, de légèreté, en prenant soin de garder juste ce qu’il faut d’équilibre pour ne pas se laisser emporter par le tourbillon de la vie. Nous sommes des Funambules, sur un drôle de fil.. et peut-être même avons nous des ailes ?

 

Douce lumière

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La douceur serait-elle encore de mise  dans ce monde moderne ou reléguée au placard pour motif de : « trop mièvre, trop fade, trop peu adrénalisante  » .. oui, c’est vrai, on a, semble t-il, besoin d’images chocs, d’effets spéciaux explosifs … La nature semble elle aussi s’enivrer de catastrophes apocalyptiques … mais non … la douceur existe, si si … je l’ai sentie cet après-midi sur la joue toute ronde d’un bébé endormi dans mes bras.

Aquarelle – Douce lumière – 02/2015 – 40x30cm – Arches grain fin 300g

Femme

Femme orange , Collection privée -

Crayons aquarellables – avt 2011. 30×20,5 cm –

08 mars, journée internationale de la femme, pour qu’on se souvienne entre autre, que sur notre belle planète, hélas, des femmes ( mais pas que …) sont toujours opprimées et peut-être aussi, pour que les quelques chanceuses que nous sommes également sur cette planète aient consciences du privilège qu’elles ont , par rapport aux premières…

 

 

Ephémère jachère

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La ville se dessine à coup de traits secs et bitumés. Elle a longtemps grignoté sans vergogne le moindre petit morceau de terre. Mais, peut-être parce qu’on a enfin compris que pour respirer on a aussi besoin de verdure et que le bêton est formidable de fonctionnalité mais terriblement déprimant,  on réintroduit et on préserve de plus en plus les espaces que l’on qualifie joliment de verts (par opposition aux espaces «  gris » ?). J’ai remarqué ainsi de minuscules jachères qu’on a savamment laissé fleurir, en bordure de trottoir. Imitant les grandes jachères fleuries que l’on voit parfois à côté des parcelles cultivées, de petites fleurs sauvages sont venues déranger pour un temps un talus habituellement habillé de simple gazon vert. Je passe devant tous les jours et ces petites touches de couleurs bleues, jaunes, oranges, dans leur désordre  si naturel me font l’effet de  véritables bulles d’oxygène. 

Aquarelle – Ephémère jachère- 06.2014 – 41x31cm- Montval-grain fin-300g/m2.