Ephémère jachère

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La ville se dessine à coup de traits secs et bitumés. Elle a longtemps grignoté sans vergogne le moindre petit morceau de terre. Mais, peut-être parce qu’on a enfin compris que pour respirer on a aussi besoin de verdure et que le bêton est formidable de fonctionnalité mais terriblement déprimant,  on réintroduit et on préserve de plus en plus les espaces que l’on qualifie joliment de verts (par opposition aux espaces «  gris » ?). J’ai remarqué ainsi de minuscules jachères qu’on a savamment laissé fleurir, en bordure de trottoir. Imitant les grandes jachères fleuries que l’on voit parfois à côté des parcelles cultivées, de petites fleurs sauvages sont venues déranger pour un temps un talus habituellement habillé de simple gazon vert. Je passe devant tous les jours et ces petites touches de couleurs bleues, jaunes, oranges, dans leur désordre  si naturel me font l’effet de  véritables bulles d’oxygène. 

Aquarelle – Ephémère jachère- 06.2014 – 41x31cm- Montval-grain fin-300g/m2.

Luxuriante éclaircie

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a des  moments comme ça où, dépitée, je crois ne plus rien voir, ne plus rien sentir ; un de ces moments grisâtres où, bredouille, je finis par rebrousser chemin. Et puis il y a des moments comme ça où le gentil génie qui veille sur mes pinceaux envoie tout d’un coup sur mon chemin, la plus belle lumière qui soit. Elle s’attarde autour de moi, se faufile entre les feuilles, s’enroule le long des tiges et dans ma tête de nouveau en fête, j’entends alors une petite voix fragile et légère qui semble me murmurer : regarde comme c’est simple et beau !!!

Aquarelle – Luxuriante éclaircie – 05/2014 – 50x40cm – Arches grain fin

 

 

 

 

Fraîcheur ombragée

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAquarelle – Fraîcheur ombragée – 05/2014 – 40x50cm – Arches – grain fin 300g/m2

Récemment, j’ai été invitée à découvrir le festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire dont le thème proposé aux paysagistes était les 7 péchés capitaux. Ma curiosité et mon appareil photo sous le bras, j’ai tenté d’approcher les différentes interprétations des artistes dont j’ai admiré l’incroyable liberté et imagination. Finalement, c’est dans une partie du domaine, moins investie,  que je me suis le mieux retrouvée, avec de longues allées, quelques massifs de fleurs, des arbres émergeant d’une brume artificielle et je l’avoue, moins de monde. Une aquarelle est née de cette petite échappée, à l’écart de l’agitation colorée et gaie des jardins exposés.