Sur les ailes des papillons…

… je m’envolerais bien, voir d’autres couleurs, d’autres paysages, loin de l’agitation qui fait trembler nos vies. OLYMPUS DIGITAL CAMERA                                        OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAAquarelle – Sur les ailes des papillons  03.2015 28x38cm – Canson Montval grain fin 300g.

Douce lumière

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La douceur serait-elle encore de mise  dans ce monde moderne ou reléguée au placard pour motif de : « trop mièvre, trop fade, trop peu adrénalisante  » .. oui, c’est vrai, on a, semble t-il, besoin d’images chocs, d’effets spéciaux explosifs … La nature semble elle aussi s’enivrer de catastrophes apocalyptiques … mais non … la douceur existe, si si … je l’ai sentie cet après-midi sur la joue toute ronde d’un bébé endormi dans mes bras.

Aquarelle – Douce lumière – 02/2015 – 40x30cm – Arches grain fin 300g

Papillonnage

Confession. Dans ma relation étroite avec la nature, je n’ai de cesse d’explorer ce qui m’entoure, irrésistiblement attirée par une multitude de petits détails qui jalonnent mon parcours : gouttes de rosée posées délicatement sur un brin d’herbe; feuilles transparentes qui s’agitent dans le vent et scintillent dans la lumière; ombres de branches et d’arbres qui se dessinent ça et là sur le sol … bien souvent mes pas me guident jusqu’ à l’infiniment petit avec son incroyable promesse d’immensité, dans laquelle je me perds avec un bonheur indicible.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mon petit appareil photo avec son précieux objectif me livre alors des paysages sans fin, nourrissant mon imaginaire avide de combinaisons nouvelles de formes et de couleurs. Parfois, il y a ce moment incroyable, sorte de révélation soudaine. Un peu comme ces mots écrits par un autre et qui sonnent étonnamment à notre oreille, ces mots qui nous font dire : oui c’est ça, c’est exactement ce que je voulais dire et de cette façon … C’est le même trouble qui m’assaille quand je perçois des images qui tout d’un coup me parlent avec une clarté sans égal.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je crois que c’est à ce moment précis que je commence à peindre , même si ce n’est encore que dans ma tête. ..

Aquarelles – Papillonnage 1 et 2 – 02.2015 – Daler et Rowney-grain fin 300g.

Papillon lumineux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Papillon lumineux – Aquarelle – 09/2012-  33 x 43 cm Papier Arches – grain fin – 300 g/ m2

Comme les graines des pissenlits accrochées à de minuscules petites ombrelles blanches que le vent disperse, mon papillon fluorescent et transparent  a juste besoin d’un souffle d’air pour se déplacer de branches en branches et vivre sa petite vie éphémère … un souffle d’air, rien de plus . Nul bagage, nulle soif de posséder ou d’entasser ne l’enchaînent au sol. Il est léger, si léger …

 

Ci-dessous : un petit montage de quelques photos pour , je l’espère, vous donner envie d’aller vous promener dans les jardins de la Mansonière à St Céneri (61) où mes aquarelles prennent l’air en ce moment … Cliquer sur la photo pour l’agrandir !

Affiche la Mansonière . St Céneri -04 à 05. 2014

 

Nébuleuse végétale

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAquarelle – 06-2013 – 31 x 23 – Moulin du Coq – grain fin – cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Moi qui ai souvent la tête dans les nuages , j’avoue que je suis avant tout une vraie terrienne, au sens où je n’aime guère quitter le plancher des vaches , plancher verdoyant et boueux , vaches placides et normandes de préférence. Et, pourtant, c’est avec émerveillement que j’ai découvert un jour les incroyables images rapportées par le télescope spatial Hubble . Confortablement installée dans un fauteuil de la prestigieuse cité de l’Espace à Toulouse, devant un écran géant, j’ai pu m’approcher des extraordinaires nébuleuses , véritables pouponnières multicolores d’étoiles. Que dire, sinon que ce spectacle coloré et infini m’a littéralement scotchée sur mon siège tandis que je réalisais combien nous sommes petits et ridicules (avec toutes nos prétentions, nos soucis …) face à l’immensité de l’espace.
Je garde de cette rencontre un sentiment mêlé d’admiration et d’envie. Toutes ces couleurs, ces combinaisons harmonieuses qui se défont et se refont sans cesse, quel talent tout de même ! qu’à cela ne tienne, je me suis imaginée ma petite nébuleuse végétale à moi en observant de près une simple fleur de carotte…
 

Elégantes

Cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Aquarelle et crayon.

 Mes élégantes ont l’élégance de se faire toutes petites, silencieuses,  dans le carton à dessin où je les retiens prisonnières. Je pourrais  leur offrir un beau cadre tout comme il faut, avec un beau passe-partout , au PH neutre, sans acidité , avec un de ces sous verres spéciaux qui  les protégerait des affres du temps. Elles pourraient ainsi se pavaner, arborer fièrement  leur coiffe excentrique et la délicatesse de leurs traits crayonnés. Que nenni.  J’avoue ma forfaiture. Je n’en fais rien .  Et je les vois disparaître peu à peu , gommées par le temps qui se nourrit, vorace, de leurs couleurs et jaunit le carton que j’avais utilisé à une époque où je n’avais guère le sou.  Cette idée de leur temporalité  me plait finalement.  Je me verrais bien comme elles, plus tard , le moment venu : une simple  impression posée sur du papier qui s’effacerait très très doucement ,  sans cri ni douleur .